Comment est calculé la durée d’un vol d’initiation au pilotage et pourquoi ?

La politique de calcul du temps de vol « commercial » va dépendre du prestataire mais la règle générale est de compter du début de roulage à la fin du roulage et voici pourquoi :

Tout d’abord, en aviation motorisée dite « certifiée » (avion de tourisme, hélicoptère etc..), le temps de vol est défini par l’administration de l’aviation civile. Ainsi, selon les textes réglementaires, le temps de vol est compté du début de roulage jusqu’à l’arrêt complet de l’appareil (on parle alors de temps de vol bloc bloc). (*). Ce temps de vol doit être systématiquement mesuré par le commandant de bord et reporté par la suite sur son carnet de vol ainsi que sur le carnet de route de l’appareil.

Aussi les opérateurs sont-ils formatés à utiliser le temps de vol « roulage compris » et vont avoir tendance à utiliser la même définition dans leur communication commercial.

Compter le roulage peut surprendre un non initié mais voici la logique de ce mode de calcul : Le roulage est en fait une phase essentielle du vol. Une phase transitoire déterminante pour tout le reste du vol puisque l’on y prépare l’avion au décollage et que l’on vérifie que tout est ordre, en particulier au niveau moteur. Ainsi la décision la plus importante du vol se prend généralement au sol… c’est celle de décoller ou de revenir au parking en cas de doute. Quelques leçons de pilotage suffisent aux élèves pour comprendre l’importance de cette phase.

Au niveau pilotage, le roulage est une phase nécessitant beaucoup de concentration et de coordination. Concentration car vous évoluez à proximité immédiate de personnes, d’obstacles et d’autres aéronefs. Vous devez aussi parfois écouter en même temps un trafic radio intense (échanges avec le contrôleur aérien ou avec les autres appareils).

Le roulage demande aussi une bonne coordination avec l’utilisation simultanée de 4 commandes de vol : la manette des gaz, les palonniers, les freins et même le manche (il est en-effet recommandé de tenir le manche en arrière, et même sur certains appareils de le placer coté opposé au virage – croisement des commandes)…

Le roulage est donc une phase primordiale et complexe à laquelle les pilotes doivent accorder la plus grande importance.

Pour être complet, précisons que cette réglementation aéronautique ne s’applique pas aux ULM qui n’ont pas d’obligation de comptabiliser leurs heures de vol. Le temps de vol annoncé au passager est alors à la discrétion du commandant de bord, soit le temps bloc bloc, soit le temps décollage-atterrissage, ou toute autre combinaison comme l’utilisation d’un temps de roulage forfaitaire.

Rien n’empêche non plus un pilote d’avion « certifié » de parler à ses clients de temps de vol décollage/atterrissage tout en comptabilisant les temps « bloc bloc » réglementaires sur ses différents registres. Cette double comptabilité bien que souhaitable commercialement est toutefois assez rare à cause de son aspect fastidieux.

Pour résumer, disons que le temps de vol est normalement calculé du départ parking / retour parking sauf lorsque cela est précisé autrement dans le descriptif d’offres de baptemedelair.fr.

(*) La réglementation appliquée aux aéronefs « certifiés » demande aussi à ce que les temps d’utilisation moteurs soient comptabilisés. Le temps est alors compté du démarrage moteur à l’arrêt moteur. Pour cela un horamètre est installé à bord, instrument qui donne par ailleurs une idée assez proche du temps de vol.

A la semaine prochaine pour la suite :)

L’équipe Baptemedelair

logo email

Une réflexion au sujet de « Comment est calculé la durée d’un vol d’initiation au pilotage et pourquoi ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *