Des hommes derrière les meetings aériens

Depuis que les hommes ont commencé à voler, le public s’est toujours fortement intéressé aux choses de l’air. Ce sont par les meetings aériens, dès 1907 (la semaine de Reims/1 million de spectateurs), que cette soif de connaissances des machines volantes commenca à être assouvie. Devenus aujourd’hui de formidables spectacles aériens, ils cachent une organisation unique et souvent méconnue. Derrière chaque grande manifestation aérienne se trouvent des hommes et des femmes passionnées que l’on voit rarement le jour du show. Cet article leur est dédié.

Dans les meetings aériens, il y a les incontournables. La Patrouille de France, l'un des ambassadeurs de l'Armée de l'Air, est une grande dame des shows aériens.

Dans les meetings aériens, il y a les incontournables. La Patrouille de France, l’un des ambassadeurs de l’Armée de l’Air, est toujours très appréciée du public. © Antoine Alacusos

Un meeting aérien est une organisation stupéfiante et unique. Ceux qui ont déjà participé à l’organisation d’une telle manifestation connaissent bien cela. Mélangé à la compétence de centaines de professionnels, dont les organisateurs payent les services, et à la compétence de centaines de bénévoles, ce sont sur leurs épaules que repose la lourde responsabilité que tout se passe bien le jour J. Et il faut absolument tout faire : de la gestion de la billeterie d’entrée jusqu’au placement des avions sur les parkings en passant par la confection des plateaux repas. Le travail ne manque pas.

Ceux qui assurent ces tâches, contrairement aux spectateurs, n’auront en réalité qu’un bref coup d’oeil à jeter au spectacle qui se déroulera au dessus de leurs têtes pendant le week-end.

Quelques centaines de bénévoles sont nécessaires. Tous motivés avec la conviction de participer à une formidable aventure humaine.

Quelques centaines de bénévoles sont nécessaires. Tous motivés avec la conviction de participer à une formidable aventure humaine. © Sylvain Halgand

Bien sûr, en amont du jour J, il y a la gestion des avions et des équipages qui seront là le jour du show, les nombreuses autorisations à obtenir de la part de la DGAC (Direction générale de l’Aviation civile), les réglementations qui imposent une quantité impressionnante de normes, de règles, de choses à faire selon des procédés très précis (et qu’il convient de respecter). Citons, par exemple, la réglementation qui impose l’installation d’un véritable hôpital de campagne pour répondre aux urgences médicales sur l’aérodrome. Il y a aussi le service d’ordre avec tout ce qui va avec : son commandement, ses communications… Il y a aussi l’accueil des équipages: pilotes, mécaniciens avec la gestion du gîte et du couvert.

Un meeting aérien est digne d’une super production Hollywoodienne !

Un public venu en masse : la meilleure récompense pour les organisateurs d'un meeting aérien.

Un public venu en masse : la meilleure récompense pour les organisateurs d’un meeting aérien. © Antoine Alacusos

Vous l’aurez compris, pour un meeting aérien, il convient de mettre en place toute une infrastructure humaine et technique complexe selon des principes et des procédures. Il y a aussi ces personnes sans qui le meeting aérien ne pourrait réellement pas se faire et dont les rôles sont pivaux. En voici 3 dans les rôles les plus variés.

  • Le directeur des vols (The AirBoss)
    Dans chaque meeting, son rôle est central. Il a pour mission de mettre en scène les démonstrations en vol qui se déroulent, le plus souvent, l’après-midi. Niché dans la tour de contrôle du terrain avec les contrôleurs, il a le rôle de vérifier que chacun respecte les règles de vol, le timing imposé (notamment en ce qui concerne les heures de mises en route, heures de décollages…), les axes… C’est finalement le chef d’orchestre du meeting aérien.
  • Les pilotes
    Ce sont eux que l’on pourrait qualifier d’acteurs principaux des meetings aériens. Sans eux, pas de vols et pas de présentations aériennes. Ils viennent souvent de toute l’Europe (et même de plus loin), avec parfois de surprenantes machines, pour montrer leur savoir faire. Pour eux, l’évènement commence souvent le Vendredi (si le show est organisé le week-end) avec l’entraînement. Avec leurs machines, ils repèrent les axes, l’emplacement où sera le public, adaptent leur démonstrations en fonction de la topographie du terrain et répètent pour que tout soit parfait le grand jour. Puis le Samedi matin, c’est par le traditionnel briefing du directeur des vols que commencent les hostilités. Concentrés, ils écoutent le directeur des vols. Le chef d’orchestre rappelle les principales règles de sécurité qu’il faut respecter, explique les spécificités du terrain, les zones à ne pas survoler, passe en revue la grille de programmation des démonstrations et termine par un briefing de la météo du jour. C’est toujours un moment fait de plein de formalisme mais reste un instant incontournable avant de partir voler. Ensuite, les pilotes retournent dans leur bulle avant l’heure du décollage, peaufinent une dernière fois leur machine, font les derniers réglages mécaniques, échangent avec le public qui commence à affluer sur la plateforme.
  • Le commentateur
    Sur un meeting aérien, il y a les acteurs que sont les avions et leurs pilotes et les spectateurs représentés par le public. Entre ces deux entités, il y a un interface qui est le podium des commentaires. C’est là bas que l’on y trouve des Bernard Chabbert, Pierre Buffet, Gérard Pabot, Frédéric Beniada et des virtuoses du son comme Gilbert Courtois. Les yeux rivés vers le ciel, nous public sommes surpris, ébahis, hypnotisés par le spectacle qui défile au dessus de nos têtes. Mais nous sommes aussi bercés, réveillés, fascinés et guidés par “LA” voix. Derrière « LA » voix se cache un présentateur qui transmet le message de l’organisateur à son public, explique dans un langage un peu plus compréhensible ce que peut voir voler le néophyte d’aéronautique dans le ciel. Histoire de l’aviation, caractéristiques techniques : ils connaissent presque tout des avions présentés. C’est un rôle de vulgarisation pure.
En vol, on redécouvre des avions qui ont marqué l'histoire comme ce YAK-3 ayant appartenu à l'escadron Normandie Yémen.

En vol, on redécouvre des avions qui ont marqué l’histoire comme ce YAK-3 ayant appartenu à l’escadron de chasse Normandie Yémen. © Antoine Alacusos

Les meetings aériens sont des organisations stupéfiantes. Finalement, ils sont nécessaires et représentent la seule passerelle encore existante entre le grand public et l’aviation. Si il y en a un près de chez vous, allez y !

logo email

Une réflexion au sujet de « Des hommes derrière les meetings aériens »

  1. j’ai eu la chance d’assister au meeting en 2018 .. époustouflant .. j’y retourne sans hésiter cette année et bon courage à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *